Les déboires du diesel

En Allemagne, haro sur le diesel. Au Luxembourg ou en France, c’est moins net. Mais la fin du Dieselgate n’est pas pour demain.

Photo : Wikimedia / The359 / CC BY-SA 3.0

Cette semaine encore, j’ai consacré un article aux conséquences des truquages de VW et d’autres. Cela fait à peu près deux ans que le woxx en parle – mais rarement en français. C’est que l’essentiel des débats se déroule dans le pays par lequel le scandale est arrivé, l’Allemagne. Et au niveau européen, traité par ma collègue Danièle Weber (en allemand).

Qui est plus écolo, Hulot ou Hidalgo ?

Pourtant, en France aussi, on roule en diesel, et la pollution est un problème. Nicolas Hulot, devenu ministre, a annoncé la fin de la vente des voitures à essence et diesel … d’ici 2040. Et une “prime de transition” qui doit encourager, dans l’immédiat, les propriétaires de voitures très vieilles et très polluantes de les remplacer. Une transition très, très douce, quoi.

Anne Hidalgo, maire de Paris, semble plus pressée, face à la “pollution qui tue”. Elle en prend pour son grade : elle raconte avoir été menacée dans son bureau par les lobbys de l’automobile. On a même écrit un livre-réquisitoire la critiquant pour sa politique en faveur du vélo et des transports en commun.

Au Luxembourg, les responsables politiques nationaux et locaux semblent plutôt prudents. Sous le coup des menaces ou de l’autocensure pré-électorale, on ne saurait le dire.

Allemagne : Tout sauf des interdictions de circuler ?

En Allemagne, cette prudence est en train de se retourner contre les politiciens et contre l’industrie automobile. Les propriétaires de diesel risquent tôt ou tard des interdictions de circuler dans un certain nombre de villes. Et cela pourrait concerner, contrairement aux affirmations du lobby automobile, l’ensemble des modèles, Euro 6 compris.

Quant aux fameuses primes promises il y a quelques semaines, la télé allemande vient de révéler qu’il s’agit, là encore, d’un truquage : les primes sont souvent moins élevées que les remises faites en temps normal. Enfin, ce lundi, lors du deuxième “sommet diesel” à Berlin, le gouvernement a promis d’investir un milliard dans des mesures en faveur de la mobilité douce et de l’optimisation de la circulation. Une excellente initiative, sauf qu’elle ne résoudra pas le problème de la pollution de l’air à court terme.

Clairement, ce n’est pas la dernière fois que j’aborde le sujet.

 

Tous les articles du woxx sur le Dieselgate (presque tous en allemand)

 

Advertisements

Wiedersehen mit Welzer

Eine düstere Zukunft hatte Harald Welzer der Menschheit bereits 2008 in einem Buch vorausgesagt – aufgrund der nicht nachhaltigen Wirtschaftsweise. 2014 wollte ich im Vorfeld der Mouvement-Podiumsdiskussion wissen, ob sich seine Einschätzung geändert habe.

Welzer zum Warmlesen

Welzer damals in der woxx: “Sie kann sich nicht geändert haben, weil sich die CO2-Emissionen und das Wachstum in die gleiche Richtung weiterentwickelt haben.”
Das dürfte auch heute noch gelten. Dennoch darf man gespannt sein, wie die Diskussion zwischen Harald Welzer und Reinhard Loske am kommenden Dienstag 8. November verläuft (also ein paar Attentate, ein paar Millionen Arbeitslose, ein Freihandelsabkommen und 32 einhalb Monate  später).
20140227-welzer-loske-weber-crop-sharp-25pc

Podiumsdiskussion am 27.2.2014, Welzer gedankenversunken rechts vorne.

Die Podiumsdiskussion ist der – alternative – Beitrag des Mouvement écologique zur Luxemburgischen Zukunftsdiskussion, die vom Mainstream ab kommender Woche rund um die Landesplanung beginnt, und in einer Hohemesse mit Jeremy Rifkin am 14. November gipfelt.
Wie erbarmungslos der Berufsprovokateur Welzer mit dem Berufsoptimisten Rifkin umspringt, kann man unter “Was war noch mal Kapitalismus?” nachlesen.

Rifkin und die Große Transition

Ich denke, dass Rifkin sowohl von der Ausrichtung wie von den Ideen her durchaus Interessantes zur Großen Transition beizutragen hat. Umso wichtiger ist es mir, die Kritik von Welzer und Loske zu hören, um die Visionen Rifkins zu hinterfragen – und vor allem die “Strategie”, die die Luxemburgische Regierung und die Unternehmer daraus ableiten wollen.

TTIP almost officially dead

It should not come as a surprise (not to me at least, see below). The news from the last two days, although sometimes contradictory, mean that giving up on TTIP is acceptable to the political elites in Berlin, Paris, and ultimatey in Brussels.

First Sigmar Gabriel stating TTIP is dead in the water, Jean Claude Juncker’s spokesperson still assuring that the negociations are going on. Then François Hollande’s minister declaring they will officially ask to bury the whole thing, Angela Merkel and the US insisting this cannnot be

Champagne for the anti-TTIP NGOs and civil society! (Filaos / CC-BY-SA 3.0)

Champagne for the anti-TTIP NGOs and civil society! (Filaos / CC-BY-SA 3.0)

Whatever will be said during the weeks to come, there’s no way back: once an end to the negotiations has been declared as a possible outcome, nothing can prevent this doomed project from going all the way down. This is different from the many critics asking for – not announcing! – the end of negociations. Different also from Social-democrats and Greens stating that TTIP “should be abandoned if …” This is: “We can drop it.” It will be dropped – and very soon, dropped like a hot potato.

I’m not surprised. I always told people I thought TTIP was basically a lost cause, since I learned that the expected economical benefits were officially deemed ridiculously low (remember, something like less than one percent of GDP growth over ten years). Of  course, it was important to fight against it with all kinds of arguments. But basically, it was a flawed project insofar as the elites thought of selling it to the people as a project that would increase their welfare.

Why did the EU elites fail?

True, TTIP would have been economically beneficial to some sectors and some countries – and to most of those people the elites are having lunch with. But it was obvious that the big economical advantages for the average European – or American, for that – were simply not there. As for other arguments – strengthening the transatlantic bond – the elites were not prepared to fight for them. So, from the beginning, TTIP has been what it is now for everybody to see: a doomed project. Just one more little push, and all will agree and give up on it. Champagne!

Is this only good news? What does it mean for the future political course of the European Union? I’ll write that up for a woxx editorial and post it here when finished.

 

Some of my former woxx articles about TTIP:

From 2014, after a lecture by Raoul Marc Jennar:
Freihandel und TTIP: Der Waffenlieferant

Recently, on what a “good” TTIP would be:
Schiedsgerichte und Politik: Der iTTIP-Traum

Recently, strengths and weaknesses of the TTIP criticism:
Plattform gegen CETA und TTIP
: Bedrohlich, aber wahr


Wie ist die Lage?

Wie mein woxx-Artikel zum “état de la nation” zustande kam

Alle Jahre wieder und jedes Mal anders. Die Rede zur Lage der Nation bietet immer Gelegenheit für einen “Exercice de style”. Vor der Ära Xavier Bettel habe ich so manche Rede von Jean-Claude Juncker analysiert und kommentiert, und nun schreibe ich schon zum dritten Mal über des blau-rosa-grünen Premierministers Ansprache (nach 2014 und 2015).

Le grand carrousel des partis au Marché de Noël. Notez les figurines rouge et bleue, derrière il y en a aussi une verte et une noire...

Le grand carrousel des partis au Marché de Noël.
Notez les figurines rouge et bleue, derrière il y en a aussi une verte et une noire…

Das ist immer ein bisschen stresssig. Dienstags die Rede anhören, Mittwochs schreiben, denn als Regard darf der Artikel nicht zu spät ins Layout gehen. Die grobe Analyse muss recht schnell erstellt sein, am besten gleich nach dem Anhören. Zum Glück war der Text kurz davor vermailt worden, ich saß zuhause vorm Fernseher, Computer auf’m Küchentisch und konnte so Ideen niederschreiben, Bettels Vortragsweise notieren (diesmal nicht viel zu sagen) und gegebenenfalls mündliche Abweichungen festhalten (anders als bei Juncker, kaum welche). Dieses Jahr habe ich auch nicht versucht, die Reaktionen in und außerhalb der Chamber einzuarbeiten, sondern mich auf den Gesichtspunkt des Regierungschefs konzentriert.

Xavier Bettel und die Steuerreform

Dass Bettels Reden nicht so toll sind wie Junckers beste, ist keine wirkliche Neuigkeit. Dass sie, was die Form angeht, so schlecht nun auch wieder nicht sind, gehört aber hervorgehoben. Darüber hinaus gab es dieses Jahr Inhalt zur Genüge. Die Quintessenz der Steuerreform war bekannt. Wie sie Bettel der Nation präsentiert hat, war dagegen leicht überraschend – von der Absicht her lobenswert, doch angesichts der tatsächlichen sozialen Ausgestaltung auch kritikwürdig.

Bestätigt hat sich, was bereits in den beiden Reden zuvor durchschien: Bettel betont viel stärker den Teamgeist als seinerzeit Juncker – mit einer klaren Rangfolge, die dem arithmetischen Gewicht der Partner entspricht: erst blau, dann rosa, und am Ende ein bisschen grün. Ist das gut oder schlecht? Es ist jedenfalls – so meine Ansicht – nicht das größte Problem, das diese Regierung hat.

Artikel-Link: Lage der Nation -
 Alles was zählt

Back to the job

I like my job at the woxx, but it’s journalism I love.

Home.

Home.

Several weeks off the social media… several weeks of very demanding daylong activities. Mainly the woxx coordination.

We don’t have a boss, so each one of the political journalists fulfills the coordination job in turn, usually for three weeks in a row. Three weeks of being the boss? Not really. No commanding the others around. More like cleaning up the mess.

Not a very funny part. But part of the job. Unfortunately, it can make you forget what the real job is about: Have a special look at the world we live in and share it with others. Just my two cent.

Beethoven’s eternal quartet opus 130

Yesterday evening at the Phil’, there was this Cavatina from Beethoven’s opus 130, followed by the “Große Fuge” (yes, the Elias Quartet chose to play it that way). To me, it was a reminder of the shift of timescale that the human mind sometimes stumbles over. As in a quiet song that has been there forever, or an ancient reservoir of wild energy that can be summoned to help achieving great things.

The Elias Quartet: Songs of eternal quietness and wild energy

The Elias Quartet: Songs of eternal quietness and wild energy

That idea of timesacale shift that has been well formulated by my friends from the Bureau of linguistical reality in their definition of the term “Shadowtime”. An idea that is also part of the charm – don’t laugh – of the better Buffy episodes and comics, when instead of slayer kungfu vs. your daily vampire, they are about a timeless evil fought with universal resources of humanness.

I enjoyed the concert. It helped me getting back a sense of purpose, after weeks on duty. Living, thinking, writing.

Ma COP21, partie 3: la révélation

PlaceToB, les multiples mobilisations parisiennes et comment j’ai entrepris de les raconter.

Oui, je sais, il ne faudrait pas mettre la partie 3 après la partie 1, mais attendre d’avoir publié la partie 2. Tout comme il ne faudrait pas se lancer dans l’écriture d’articles sans savoir où cela vous mènera. Mais en cette fin d’année, je m’autoriserai ce genre de folie – surtout que ça sert à mieux comprendre ce que j’ai pu voir à Paris.

Mais d’abord, voici le lien vers l’article ainsi qu’une photo inédite:

Comprendre, changer, ensemble
Le Paris climatique

IMG_5028 800x1200

À l’origine, j’avais vaguement conçu ce troisième grand article comme un compte-rendu des activités à PlaceToB, complété par une interview avec un protagoniste particulièrement intéressant – j’avais pensé à Bruno Latour. Après avoir entendu ce dernier dans le contexte du premier tour des régionales, je me suis dit que son plaidoyer pour une relocalisation collait mal avec mon expérience cosmopolite parisienne.

Je me suis orienté ensuite vers un article entièrement consacré au projet PlaceToB. J’ai prévu alors un entretien avec Anne-Sophie Novel ou Nicolas Bienvenu ou les deux. Selon les propos recueillis, j’aurais opté pour une publication sous forme d’interview ou d’article avec de nombreuses citations. Cela ne s’est pas fait. Je me suis alors retrouvé avec un plan d’interview, pouvant servir de colonne vertébrale pour un article – mais sans avoir la matière vivante pour l’étoffer. Au mieux, cela aurait donné un feature sur base des nombreux textes publiés par PlaceToB, entrecoupé de quelques épisodes personnels.

PlaceToB, au coeur du Paris climatique

Or, j’avais beaucoup plus à raconter: les expériences parisiennes en dehors de PlaceToB, notamment quelques expos visitées après mon article sur les résultats de la COP21 et avant mon retour au Luxembourg. Et surtout, je le sentais dans mon subconscient, j’avais une exploration intellectuelle à raconter.

Je me suis donc lancé dans un article général sur la COP21 hors des murs du Bourget. Sans plan précis, à vrai dire, et en adoptant un ton assez personnel. J’avais quatre pages à ma disposition – j’ai donc pris la place pour bien raconter ce qui m’importait. Quatre pages à remplir en très peu de temps – j’ai donc dû faire des choix assez spontanés parmi mes notes. Au départ, j’avais l’idée d’un crescendo sentir-penser-agir. À la fin, c’est devenu quelque chose comme: sentir, penser, prendre conscience, discuter, dépasser la discussion technique, “Imagine”.

1351r Ours polaire - GWS

M… Hier il y avait encore une station d’essence par ici… (Guy Stoos)

La partie sur les ours polaires (sentir-penser) était-elle indispensable? Ai-je bien rendu la fascination qui émanait du projet du Bureau of Linguistical Reality (prendre conscience)? Ce dont je suis satisfait, c’est d’une part le ton de l’article, qui convient à ce type d’exploration subjective et apparemment désordonnée. Et le glissement – plus subi que voulu – vers cette constellation magique de Sebastião Salgado, Charles Eisenstein et John Lennon. Après ce fortissimo, le paragraphe final, qui renoue avec l’introduction, constitue le petit clin d’oeil qui évite de faire trop dans le pathétique.

La plupart de mes articles, je les écris sur des sujets que je maîtrise, avec un plan solide. Ce qui n’exclut pas d’améliorer la structure de l’article par la suite, bien au contraire – on n’improvise jamais mieux que quand on a un plan. Mais parfois, comme avec cet article sur les mobilisations autour de la COP21, il faut se jeter à l’eau. Certes, le résultat est moins rigoureusement structuré, et j’ai parfois du mal à exprimer clairement mes idées et mes émotions. Mais écrire pendant que le sujet se révèle petit à petit, c’est aussi ouvrir des portes vers de nouveaux récits – pour moi-même et, je l’espère, aussi pour les lecteurs et lectrices.

Ma COP21, partie 1 : les négociations

Sept jours d’enquête, deux jours au Bourget, un et demi d’écriture intense. Le résultat : une entrée diary, trois articles woxx, nombreuses photos, un projet COP36 en cours.

Le premier article, sur le Village mondial des alternatives, a été publié en Web exclusive en début de semaine.

IMG_4495

J’ai réutilisé certains éléments pour le grand article sur les mobilisations citoyennes.

Au Bourget et ailleurs

Le rap de Mali Karma fait office de pivot entre la description et l’analyse dans le premier article, de pivot entre société civile et négociations officielles dans le deuxième, une fresque des mobilisations citoyennes.

IMG_4540

Le troisième article est basé sur trois interviews prolongées au Bourget, même si les citations sont assez brèves. Les informations recueillies me serviront lors de l’analyse de l’accord final à venir.

IMG_4564

La plupart des photos a été publiée sur Facebook, avec beaucoup d’autres posts.

WP ix in FB

Journalisme narratif, façon PlaceToB

Enfin, les flash news de la COP36 représentent une tentative de raconter les discussions actuelles à travers une vision (positive) de l’avenir, dans l’esprit PlaceToB. Ce projet a été un cadre très propice à un travail engagé et créatif.

some COP36 entries

(Projet en cours)