Review: This changes everything (film)

Trailer burn

(trailer)

Is this a movie you should watch alone, behind your desk, in a DVD or ripped version? Or should you watch it with a group of like-minded people, discussing it afterwards and relating its global thoughts to the local actions taking place where you live? I think it can be good both ways. But yesterday, I deliberately chose the second one.

Glad to have watched it at last, thanks to the people from Luxembourg’s alternative movements who brought it to the Cinémathèque. Having nothing else to do on that Monday evening as well as the prospective to meet some friends was enough to get me there. The latter part worked a bit too well, and I stayed later than intended. But although I missed my last bus and spent an unconfortable night in my sleeping bag at the office, I don’t regret that evening.

A movie against technocracy

First, I can only praise the moviemakers: It’s a pleasant watch, the off voice of Naomi Klein, which runs on a big part of the film, fits well with the images. The rhythm also seems right to me – not a small achievement in a movie that in the first place is a juxtaposition of very different episodes. Also, linking these episodes together is done quite well, although the film does not have a straightforward dramaturgy. To me, many things could have gone wrong with that kind of movie, and the mere fact that I wasn’t bothered by the form of the movie means that it is well crafted.

02_Sompeta_March-1024x427

What about the content? The big surprise was (I haven’t read the book, only stuff about it) that Naomi Klein’s message is not just climate-aided capitalism bashing. From the start, she points to the more general paradigm of machinism, technocracy, Descartes’ dream or whatever you want to call it. That is an approach I would have associated with Charles Eisenstein, who focusses on questioning the storytelling of progress, capitalism and growth that still shapes the political debate. But no, Naomi Klein also insists that this is the wrong story and that we should turn towards indigenous peoples to develop another kind of storytelling: instead of dominating nature as a machine, humans may work together with nature, take from it but also give back, et caetera.

Although I’m not sure how far you should push that logic, I think that point of view is an important part in any critical approach to the world as it is. So this was a good surprise then.

Naomi Klein’s shock avoidance ;-)

Some criticism. The movie never focussed on the contradictions between the various ideas that it introduced. This might suggest to the audience that there are no such contradictions and conflicts. Bad thing. The bashing of the fossil fuel fetichism may be justified, but then, why do we not question the green tech fetichism. After all, solar panels are high tech stuff, and not exactly what is produced in a harmonious interaction with nature. Just think about the metal mining and the energy needed (presumably German or Chinese coal-based electricity) to produce those shiny gadgets. Also, the statements of the movie about China and Germany are a bit rosy to my taste.

Characters - This changes

Then there is the important topic of the traditional fight for social justice – the combination of which with the environmental causes is the main specificity of Naomi Klein’s book. Unfortunately, we are mostly shown the local population fighting against mining, but not the miners themselves, who might lose their jobs. Sure, the Indian wetland inhabitants explain why the industry won’t get them development and how they prefer to keep their links to the land. But what about all the people who do not have something like “their land” to relate to? Let’s not forget that already 50 percent of world inhabitants live in cities. Should we all move back to the countryside? Maybe, but at least I would like to have it discussed.

Green growth, really?

Finally, there’s the monologue of the tar sand worker at the end that gives the author hope. Sure, it’s comforting to hear that those who destroy the earth for a living feel bad about it. But when he explains that there should be a not too fast transition towards green energy, putting the money made with the tar sands to good use, what can we say? Isn’t that thinking of nature as a machine, where you first take the grey part, then the green one? Isn’t that also something that the governemnts from the South are claiming – polluting to get the funds for a green development? And, above all, isn’t that precisely the logic of “green” growth and capitalism – and didn’t we turn to Naomi Klein to hear a different tune? Granted, this is not her speaking. But again, not pointing to the contradictions might give the impression that they don’t matter.

That being said, the movie is able to transmit a lot of not so easily understandable ideas to people that are not ready to read the book (which some say is not an easy read anyway). I myself learned a lot, the stories made me think a lot, so in the end I can only be satisfied with the movie as a whole.

What if its the best chance - This changes FB

Site (book and movie)

Advertisements

Ma COP21, partie 3: la révélation

PlaceToB, les multiples mobilisations parisiennes et comment j’ai entrepris de les raconter.

Oui, je sais, il ne faudrait pas mettre la partie 3 après la partie 1, mais attendre d’avoir publié la partie 2. Tout comme il ne faudrait pas se lancer dans l’écriture d’articles sans savoir où cela vous mènera. Mais en cette fin d’année, je m’autoriserai ce genre de folie – surtout que ça sert à mieux comprendre ce que j’ai pu voir à Paris.

Mais d’abord, voici le lien vers l’article ainsi qu’une photo inédite:

Comprendre, changer, ensemble
Le Paris climatique

IMG_5028 800x1200

À l’origine, j’avais vaguement conçu ce troisième grand article comme un compte-rendu des activités à PlaceToB, complété par une interview avec un protagoniste particulièrement intéressant – j’avais pensé à Bruno Latour. Après avoir entendu ce dernier dans le contexte du premier tour des régionales, je me suis dit que son plaidoyer pour une relocalisation collait mal avec mon expérience cosmopolite parisienne.

Je me suis orienté ensuite vers un article entièrement consacré au projet PlaceToB. J’ai prévu alors un entretien avec Anne-Sophie Novel ou Nicolas Bienvenu ou les deux. Selon les propos recueillis, j’aurais opté pour une publication sous forme d’interview ou d’article avec de nombreuses citations. Cela ne s’est pas fait. Je me suis alors retrouvé avec un plan d’interview, pouvant servir de colonne vertébrale pour un article – mais sans avoir la matière vivante pour l’étoffer. Au mieux, cela aurait donné un feature sur base des nombreux textes publiés par PlaceToB, entrecoupé de quelques épisodes personnels.

PlaceToB, au coeur du Paris climatique

Or, j’avais beaucoup plus à raconter: les expériences parisiennes en dehors de PlaceToB, notamment quelques expos visitées après mon article sur les résultats de la COP21 et avant mon retour au Luxembourg. Et surtout, je le sentais dans mon subconscient, j’avais une exploration intellectuelle à raconter.

Je me suis donc lancé dans un article général sur la COP21 hors des murs du Bourget. Sans plan précis, à vrai dire, et en adoptant un ton assez personnel. J’avais quatre pages à ma disposition – j’ai donc pris la place pour bien raconter ce qui m’importait. Quatre pages à remplir en très peu de temps – j’ai donc dû faire des choix assez spontanés parmi mes notes. Au départ, j’avais l’idée d’un crescendo sentir-penser-agir. À la fin, c’est devenu quelque chose comme: sentir, penser, prendre conscience, discuter, dépasser la discussion technique, “Imagine”.

1351r Ours polaire - GWS

M… Hier il y avait encore une station d’essence par ici… (Guy Stoos)

La partie sur les ours polaires (sentir-penser) était-elle indispensable? Ai-je bien rendu la fascination qui émanait du projet du Bureau of Linguistical Reality (prendre conscience)? Ce dont je suis satisfait, c’est d’une part le ton de l’article, qui convient à ce type d’exploration subjective et apparemment désordonnée. Et le glissement – plus subi que voulu – vers cette constellation magique de Sebastião Salgado, Charles Eisenstein et John Lennon. Après ce fortissimo, le paragraphe final, qui renoue avec l’introduction, constitue le petit clin d’oeil qui évite de faire trop dans le pathétique.

La plupart de mes articles, je les écris sur des sujets que je maîtrise, avec un plan solide. Ce qui n’exclut pas d’améliorer la structure de l’article par la suite, bien au contraire – on n’improvise jamais mieux que quand on a un plan. Mais parfois, comme avec cet article sur les mobilisations autour de la COP21, il faut se jeter à l’eau. Certes, le résultat est moins rigoureusement structuré, et j’ai parfois du mal à exprimer clairement mes idées et mes émotions. Mais écrire pendant que le sujet se révèle petit à petit, c’est aussi ouvrir des portes vers de nouveaux récits – pour moi-même et, je l’espère, aussi pour les lecteurs et lectrices.

Ma COP21, partie 1 : les négociations

Sept jours d’enquête, deux jours au Bourget, un et demi d’écriture intense. Le résultat : une entrée diary, trois articles woxx, nombreuses photos, un projet COP36 en cours.

Le premier article, sur le Village mondial des alternatives, a été publié en Web exclusive en début de semaine.

IMG_4495

J’ai réutilisé certains éléments pour le grand article sur les mobilisations citoyennes.

Au Bourget et ailleurs

Le rap de Mali Karma fait office de pivot entre la description et l’analyse dans le premier article, de pivot entre société civile et négociations officielles dans le deuxième, une fresque des mobilisations citoyennes.

IMG_4540

Le troisième article est basé sur trois interviews prolongées au Bourget, même si les citations sont assez brèves. Les informations recueillies me serviront lors de l’analyse de l’accord final à venir.

IMG_4564

La plupart des photos a été publiée sur Facebook, avec beaucoup d’autres posts.

WP ix in FB

Journalisme narratif, façon PlaceToB

Enfin, les flash news de la COP36 représentent une tentative de raconter les discussions actuelles à travers une vision (positive) de l’avenir, dans l’esprit PlaceToB. Ce projet a été un cadre très propice à un travail engagé et créatif.

some COP36 entries

(Projet en cours)

La différenciation, enfin au service du climat !

Une des grandes percées de la COP36 à Paris a été la formalisation du concept de différenciation.

Rappelons que dans la convention-cadre des Nations unies sur le climat (UNFCCC) originale de 1992, les signataires s’étaient engagés à lutter contre le changement climatique « selon leurs responsabilités communes mais différenciées, leurs capacités respectives et leur situation sociale et économique ». L’idée étant que les pays industrialisés du Nord devaient leur richesse à 150 ans d’émissions de CO2 sans restriction et demeuraient les plus gros émetteurs. À eux donc de faire un gros effort de réduction, et de contribuer financièrement au développement vert des pays en voie de développement du Sud.

Pays émergents et climat

Par après, le monde a changé. Un pays comme la Chine s’est mis à « rattraper son retard » en termes d’émissions accumulées. Par ailleurs, de nombreux pays du Sud ont entre-temps acquis une puissance économique qui leur permet de financer eux-mêmes des projets verts, même dans d’autres pays. Il faudrait donc revoir la répartition dichotomique des pays datant de 1992, ont insisté les pays du Nord. Ainsi, lors de la COP21, qui avait également lieu à Paris en 2015, le concept de différenciation avait constitué une des grandes pommes de discorde, et son application concrète avait finalement été laissée dans le flou.

Comparaison des indicateurs cllimatiques en 2010 (World Resources Institute)

Comparaison des indicateurs cllimatiques en 2010 (World Resources Institute)

À la suite d’une décennie de tractations, la Chine a finalement accepté un traitement particulier. Elle s’est engagée en 2027 à parachever sa sortie des énergies fossiles au plus dix ans après les anciens pays industrialisés – cette date devant être calculée comme une moyenne pondérée. L’Inde, qui a fait le forcing sur l’énergie solaire, a alors embrayé le pas. Il ne restait plus que la Russie, ancien pays industrialisé, qui traînait les pieds et s’opposait à une solution formalisée.

Au-delà du Green Climate Fund

C’est la création, à l’initiative de la Pologne et du Venezuela, d’un « Fonds vert de restructuration », complémentaire du « Green Climate Fund », qui a permis de débloquer la situation.

Désormais, dans les pays industrialisés et émergents, les régions et secteurs particulièrement touchés par la transition énergétique peuvent également bénéficier d’aides financières internationales. En contrepartie, l’ensemble de ces pays se sont engagés à sortir des énergies fossiles avant 2042 – sachant que la plupart des anciens pays industrialisés prévoient d’y arriver bien avant 2035.

Champagne_tower - ori2uru _ Flickr _ CC-BY 2.0

“Champagne Tower” aux pieds du Eiffel Tower ! (Photo: ori2uru / Flickr / CC-BY 2.0)

Quant aux pays en voie de développement proprement dits, en vertu de cette nouvelle différenciation, ils auraient en principe jusqu’en 2052 pour passer entièrement aux énergies renouvelables. Cependant, vu la dynamique prise par les innovations technologiques au service du développement, on s’attend à une sortie beaucoup plus rapide presque partout.

Tout cela signifie qu’à l’issue de la COP36, l’accroissement des températures pourra très probablement être maintenu en-dessous de 1,5 degrés. Champagne !

COP36: la Tour Eiffel coupée en deux

Lors d’une action symbolique, la Tour Eiffel a été illuminée en rouge et blanc à l’occasion de la COP36. La moitié blanche représente la part d’électricité à base d’énergies renouvelables, la noitié rouge les énergies fossiles, essentiellement le gaz naturel et le nucléaire.

513px-Eiffel_Tower_Wearing_Turkey_Colors - Pascal Terjan _ Flickr _ CC-BY-SA 2_0

Pascal Terjan / Flickr / CC-BY-SA 2.0

Cette action rappelle celles d’il y a 15 ans, lors de la COP21, quand plusieurs projets avaient illuminé la Tour afin de promouvoir l’utilisation d’énergies renouvelables. Or, à l’époque, les cinq quarts de l’énergie électrique provenaient en réalité du nucléaire, alors que la part des énergies renouvelables restait faible.

Enfin, la sortie du nucléaire !

Depuis 2024, la France est engagée sur la voie d’une sortie du nucléaire, trop lente aux yeux des écologistes, mais qui devrait être achevée en 2038. Quelques années plus tard, quand la dernière des centrales à gaz aura été fermée, on pourra enfin illuminer la Tour Eiffel tout en blanc – ou plutôt tout en vert !

 

L’Amérique est de retour!

La première semaine de négociations de la COP36 a donné des résultats spectaculaires. Une des raisons en est le retour des États-Unis à la table des négociations.

1886 UnveilingTheStatueofLiberty MEDIUM - Edward Moran _ Museum of the City of New York _ PD

Edward Moran, 1886, Museum of the City of New York, PD

Rappelons qu’après 2022, ce pays avait pratiqué une politique de la chaise vide. En effet, à l’époque, le traité de Paris, conclu en 2015, ne prévoyait pas de contraintes juridiques. Lors de la conférence de révision de 2020, les États-Unis avaient refusé de confirmer ou de renforcer leurs engagements de 2015, ce qui avait conduit à une crise diplomatique de grande ampleur.

Le climat, avec contrainte juridique

Aujourd’hui, deux ans après la victoire du candidat démocratique Allen Santiago aux élections de 2028, les États-Unis ont résolument abandonné leur politique isolationniste et essaient de jouer un rôle constructif dans les relations internationales. L’annonce américaine d’un objectif de zéro CO2 pour 2050 constitue un premier pas en direction d’un engagement semblable, juridiquement contraignant cette fois-ci, de l’ensemble des pays industrialisés.