J’aime les partis… mais pas assez

Analyser le programme gouvernemental de la coalition LSAP-Verts-DP, afin de le commenter dans un article, m’a aussi fait réfléchir à mon rapport aux partis politiques.

Un des trois partis, j’y ai adhéré quand j’étais jeune. C’était le parti où mon père avait choisi de s’engager, où ma mère, de famille CSV, l’avait suivi, et où j’ai vécu mes premières expériences politiques: coller des affiches, étudier programmes et amendements, participer à des réunions de section locale et intervenir lors de congrès… Parti étudier en France, je me suis radicalisé politiquement, tandis que le parti que je laissais derrière moi s’assagissait… J’ai fini par ne plus renouveler mon adhésion, et je ne l’ai – hélas! – jamais regretté.

Le grand carrousel des partis au Marché de Noël. Notez les figurines rouge et bleue, derrière il y en a aussi une verte et une noire...

Le grand carrousel des partis au Marché de Noël.
Notez les figurines rouge et bleue, derrière il y en a aussi une verte et une noire…

Du bonheur de ne pas être membre

Un autre parti, j’y ai collaboré au moment où je revenais de l’université, cherchant ma place dans la vie et dans le monde. J’aurais pu adhérer, mais je ne l’ai pas fait, peut-être parce que le glissement à droite qui se profilait à cette époque-là m’inquiétait. J’ai alors contribué à empêcher que le parti en question renie le principe du financement des retraites par répartition – la privatisation des retraites (afin de profiter des rendements boursiers ;-) était alors dans l’air du temps. Or, lors de deux congrès auxquels j’ai assisté – sur l’économie et sur la politique étrangère – je me suis à chaque fois estimé heureux de ne pas être membre: certaines décisions me révoltaient, mais je n’étais pas obligé de les endosser ou de les combattre. N’étant pas membre, je pouvais simplement tourner le dos et continuer à vivre et à penser librement.

Eh oui, adhérer à un parti n’est pas une sinécure si on est, comme moi, passionné par la politique. Après ces expériences, j’ai été peu tenté de redevenir membre de parti, quitte à espérer influencer leur réflexion par mes prises de position dans le woxx et ailleurs. Et j’ai évidemment beaucoup de respect pour les personnes qui s’engagent avec sincérité dans des partis. Ce qui fait qu’au sein du troisième parti de gouvernement, j’ai aussi des contacts avec des personnes de tous les âges que je respecte et avec lesquels les échanges sont agréables et mutuellement enrichissants.

Du malheur d’être spectateur

Et pourtant, aussi éloigné que je sois des partis gouvernementaux et des espoirs qu’ils suscitent parmi leurs membres et électeurs, la lecture du programme gouvernemental a été éprouvante. C’est que, sur le fond, ça part dans la mauvaise direction, comme je l’ai expliqué dans mon article.

Certains seront surpris par ma relative déception et me diront: “Qu’y a-t-il à attendre de ces forces politiques-là? Elles sont passées du côté du libéralisme et du mainstream.” Mon problème, c’est que je tiens pour très peu probable qu’afin de faire évoluer les choses dans la bonne direction, on puisse attendre que la gauche radicale – et notamment un quatrième parti avec lequel j’entretiens aussi quelques liens – conquière le pouvoir. Mises à part les réserves que la gauche radicale peut inspirer du côté des principes du libéralisme politique et du côté de la prise en compte de la dimension écologique, son principal problème est qu’elle est désespérément minoritaire.

Son rôle est important à mes yeux parce qu’elle peut contribuer, avec d’autres acteurs, comme les ONG et les médias alternatifs, à populariser les idées politiques que je considère comme justes et adéquates. Mais une telle avancée sur le plan des idées ne se traduira qu’en partie par un gain électoral pour le parti instigateur. L’autre effet sera, comme pour les idées vertes (sous forme édulcorée), de faire entrer des paradigmes progressistes radicaux dans le discours et la pratique d’autres partis de gauche. Voire, comme pour certains paradigmes sociaux-démocrates, de les rendre hégémoniques.

Eloge de la distanciation

Voilà une manière distanciée de contempler la politique institutionnalisée et le rôle des partis. C’est cette distance que j’ai cherché à établir avant de commencer à écrire mon article sur le programme gouvernemental. Et c’est seulement en adoptant ce point de vue-là que j’ai pu entrevoir et transcrire des idées comme celle que “l’arrangement trouvé vise à combattre les symptomes de la crise, mais pas ses causes”. Et que j’ai pu finir, de manière sincére, sur une note positive: “D’un point de vue progressiste, mis à part le domaine sociétal, cela ne fait pas espérer de grandes avancées. La joie des militants du DP, du LSAP et surtout des Verts, est naïve, mais pas infondée. Expérimenter une nouvelle constellation de gouvernement prépare aussi le terrain pour de futurs changements politiques indispensables et bien plus profonds.”

Advertisements

One thought on “J’aime les partis… mais pas assez

  1. En relisant « L’Illusion politique » de Jacques Ellul, j’ai repensé à ton article et à une certaine similitude avec mon expérience personnelle. Alors pourquoi, alors que je suis globalement d’accord avec le constat d’Ellul sur l’illusion politique, est-ce que je me trouve dans un parti ? Je crois, pour ma part, qu’il y a aussi une certaine dimension de socialisation et d’intégration dans la démarche. Certaines prises de position m’énervent (la récente communication sur le prix de l’eau, tiens… je crois qu’on peut faire bien plus écologique et plus social à la fois), mais j’y trouve aussi des gens avec qui parler, sans avoir à subir les difficultés de discussions trop polémiques qui me fatiguent 8^) Il s’agit dès lors moins d’un grand écart idéologique que du renoncement à une certaine liberté compensée par une socialisation qui, pour moi, aurait été bien plus difficile en arrivant au Luxembourg. Mais c’est un sujet qui évolue…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s